Enter your keyword

Pourquoi choisir la sinothérapie ?

Une expérience millénaire

La Chine a développé sa médecine traditionnelle depuis 4000 ans, certains écrits vieux de 2500 ans sont non seulement des textes fondateurs mais aussi encore étudiés de nos jours et n’ont pas encore délivré tous leurs secrets. La science moderne confirme régulièrement le bien fondé des concepts ancestraux et de plus en plus de scientifiques redécouvrent aujourd’hui ce que les sages chinois ont établi voilà des millénaires en observant la nature. Le travail des anciens est au cœur de la pratique contemporaine, et leur expérience soigneusement répertoriée permet à cette discipline d’être une des thérapeutiques les plus efficaces avec très peu d’effets secondaires. N’oublions pas que la sinothérapie soigne quotidiennement plus d’un quart de la population mondiale, et que les Chinois sont parmi les peuples qui vieillissent le mieux au monde alors même qu’ils n’ont pas la qualité de vie d’un pays occidental très industrialisé.

calligraphie

Une vision alternative

meridiens-gorge

Si la médecine occidentale moderne, remarquablement équipée pour la chirurgie et les analyses poussées des micro-organismes, est incontournable pour l’urgence, le symptomatique, l’aigu, la sinothérapie est davantage axée sur la prévention, l’accompagnement des déséquilibres chroniques. La première s’attaque à ce qui va mal tandis que la seconde cherche à préserver ce qui va bien. Il n’y a nul jugement de valeur dans ce constat qui montre simplement qu’il existe plusieurs réalités et qu’elles sont compatibles.

Un patient ayant subi un AVC doit impérativement être soigné en médecine occidentale car c’est elle qui lui sauvera peut-être la vie. La sinothérapie, elle, l’aidera à surmonter les séquelles et à ne pas faire de rechute. La médecine occidentale offre également l’avantage de soigner des maladies très graves avec cependant parfois de gros effets secondaires ; là encore, c’est la sinothérapie qui peut offrir un accompagnement dans le cadre de ces traitements lourds. Enfin, il existe des maladies qui ne trouvent pas d’explication auprès de la science moderne mais pour lesquelles la sinothérapie peut avoir des solutions, grâce à son regard différent sur le fonctionnement de l’organisme.

Vers une reconnaissance de la sinothérapie

En Chine, les deux disciplines (médecine traditionnelle et moderne) cohabitent au sein des mêmes hôpitaux, donnant la liberté de choisir aux patients et surtout de combiner les deux, ce qui est optimal. Beaucoup de médecins là-bas sont formés aux deux. En Amérique du Nord et dans beaucoup de pays européens, la profession de praticien de médecine traditionnelle chinoise non médecin est reconnue. La France reste en retrait car il n’existe encore aucune législation concernant ce métier. Pourtant, des facultés de médecine comme celle de Montpellier proposent des DIU d’acupuncture, et de la même manière, beaucoup de services en hôpital – notamment en obstétrique – proposent l’acupuncture à leurs patients, preuve que cette médecine ancestrale venue du bout du monde a son intérêt chez nous. Il s’agit d’une discipline vivante et bien ancrée dans le XXIème siècle, puisqu’elle fait l’objet de nombreuses recherches concernant des maladies contemporaines. Ainsi en 2015, le prix Nobel de médecine a été attribué à une Chinoise pour ses travaux contre le paludisme : son traitement est basé sur une plante aux vertus connues depuis des millénaires dans son pays.

Article sur le prix Nobel 2015

pharmacopee-02